Comment mesurer un taux de rupture ?

calculer rupture supermarché rayon merchandising
Lors de mon webinaire sur “Comment optimiser votre implantation en linéaires pour développer votre CA et booster votre rentabilité », un participant m’a posé une question à laquelle je n’ai pas eu le temps de répondre pendant la conférence : 

Comment calculer un taux de rupture, pour encourager les clients à revoir l’implantation des 20/80 ?

Voici ma réponse :

1) Identifier les ruptures partielles ou complètes

Tout d’abord, il convient d’identifier les ruptures partielles ou complètes :

 Option 1 :
La solution la plus efficace est de récupérer les sorties de classes journalières et de suivre dans cette enseigne les ventes des références concernées.
Les jours où les ventes de ces réf. baissent de manière anormale ou sont nulles = jours de rupture

Option 2 :

Les ruptures peuvent également être détectées par les commerciaux ou merchandiseurs par du contrôle de facings quotidien sur une durée donnée.


2) Chiffrer le CA moyen perdu sur 1 journée

Puis, il convient de chiffrer le CA moyen perdu sur 1 journée, X le nombre de jours où la rupture a été constatée. 

Ensuite, on ramène ce CA moyen perdu : 

  • à la semaine,
  • au mois
  • puis sur l’année

On obtient donc le manque à gagner annuel lié aux ruptures.

 

3) Calculer son taux de rupture

On peut enfin calculer le taux de rupture à l’aide de la formule suivante :

Taux de rupture = CA manque à gagner estimé / CA total

Ce calcul, et bien d‘autres, est présenté et expliqué lors de la formation merchandising. Vous aurez toutes les infos : ici.

Si vous avez besoin d’un accompagnement plus approfondi, à la fois sur la réflexion et sur la mise en place d’une démarche merchandising complète auprès de vos clients distributeurs, je peux vous y aider. Prenons un rendez-vous ensemble.

Bonnes ventes,

Audrey

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Plus d'articles

Lettre à la grande distribution

Chère grande distribution, Les personnes autour de moi sont toujours surprises quand je leur dis que j’aime le milieu de la grande distribution. C’est vrai

Écrivez-nous